Media Center

Il n'en tient qu'à nous

Les grandes sociétés envoient un message très clair aux syndicats qui se trouvent aux États-Unis et au Canada et qui veulent revenir des centaines d'années en arrière par rapport à la loi du travail.

  • Peu importe si vous gagnez une élection nationale.
  • Nous vous combattrons dans les états.  Nous vous combattrons dans les provinces. Nous vous combattrons dans les tribunaux. 
  • Nous utiliserons notre réserve monétaire pour ouvrir les portes des tribunaux et des législatures des états et des provinces.  Nous retournerons l'opinion publique contre vous.  Nous ferons en sorte que vous vous combattiez les uns contre les autres. 
  • Nous utiliserons l'ignorance du public quant à ce que nous voulons faire et ce que font les syndicats, pour passer des lois qui rendront les travailleurs impuissants contre nous.
  • Nous éliminerons les soins de santé rémunérés, les congés de maladie payés, les vacances payées et les pensions.
  • Nous éliminerons Obamacare,  le régime d'assurance-maladie Medicare, Medicaid et toute forme d'aide publique afin de payer moins d'impôts.
  • Nous repousserons les salariés dans les rangs des travailleurs pauvres, comme ils étaient à la fin des années 1800.
  • Ceci est la route vers la (notre) prospérité.

Amplement de preuves

Nous détenons amplement de preuves que la campagne pour détruire les syndicats se poursuit sans répit malgré la victoire du parti Démocratique aux dernières élections.

Plus loin dans cette édition vous pourrez lire de quelle façon ils tentent de voler les droits de négociation collective et les protections du travail de notre section locale la plus importante – Local 1181 –  à New York.  Vous lirez de quelle façon ils complotent pour subtiliser les droits de négociation collective des travailleurs de la fonction publique au Canada.

Et au moment où vous recevrez ce magazine, vous pourrez lire comment les républicains au Congrès tentent de pousser encore une fois la nation vers un autre gouffre fiscal dans le but d'extraire une autre livre de chair des travailleurs.

Sœurs et frères, il n'y a pas de limites pour les grandes sociétés du Canada et des États-Unis, elles sont prêtes à tout pour baisser des coûts et obtenir des profits plus élevés.

 

Chair à canon

Et nous les travailleurs ne sommes qu'un carburant interchangeable qu'ils utilisent pour s'enrichir - de la chair à canon facilement remplaçable pour la machine corporative.

Il y a ceux qui vous diraient qu'il s'agit là d'une exagération; que le scénario ci-dessus ne pourrait jamais se reproduire. Je demande à tout le monde de rendre une visite aux opérations non syndiquées qui sont dirigées par les sociétés de transport dans nos pays et de voir à quoi ressemblent les emplois chez eux.

Comprenez que c'est là qu'ils veuillent que nous soyons, et que si nous ne prenons pas de mesures concrètes maintenant, c'est là que nous nous retrouverons tous.

Sachez cependant qu'ils ont peut-être l'argent. Mais nous avons des membres et un plus grand nombre de voix qu'ils en ont.  De plus, si nous faisons front commun et refusons de laisser cela se produire, ils ne peuvent s'opposer à nous.

Dans les mois à venir les hauts dirigeants et le Conseil exécutif général décriront un plan d'action pour combattre ceux qui nous forceraient à retourner au dix-neuvième siècle.

Élire des dirigeants qui ne nous nuirons pas était la première étape.  Le reste est entre nos mains.