Media Center

Vous n’êtes pas seuls

J’ai eu du mal à trouver les mots pour vous manifester mon appréciation et aussi pour vous exprimer mes préoccupations – vous, nos héros du SUT    qui assurent le transport essentiel dans tous les États-Unis et le Canada. 

Il est également difficile de trouver les mots pour exprimer ma colère devant les meurtres récents de George Floyd, Ahmaud Arbery et Breanna Taylor ainsi que les innombrables familles qui ont perdu des êtres chers du fait des brutalités policières et du  racisme.

Je vais néanmoins tenter d’exprimer les sentiments qui me tiennent à cœur.

Un des problèmes de cette période incroyablement difficile, c’est que la colère légitime devant ces morts injustes intervient alors que nous faisons toujours face au danger que pose la pandémie du Coronavirus.

Le mois dernier, j’ai appelé le président d’un local presque tous les jours pour lui offrir les condoléances internationales à la suite du décès d’un membre atteint du Covid-19. J’ai malheureusement dû faire plus de 50 appels téléphoniques. 

Nous ne devons pas nos oublier nos héros disparus. Vous trouverez une page commémorative « N’oubliez pas nos héros disparus » dans ce magazine, qui sera continuellement mise à jour sur atu.org. 

 

«Je ne peux pas respirer »

Tout comme vous, j’ai été outragé par le meurtre de George Floyd qui avait supplié ses agresseurs en disant «  je ne peux pas respirer », au moment de son assassinat.

Ça m›a rendu malade d›entendre ces paroles bien typiques, prononcées d›abord par Eric Garner, un autre afro-américain qui fut également suffoqué au cours de son arrestation en 2014 par un policier blanc de New York. C’est difficile d’étouffer ces sons déchirants faisant écho aux cris des personnes de couleur qui doivent supporter tous les jours ce genre d’injustice.  

Ce comportement de haine doit cesser.

 

Le SUT ne doit pas être utilisé pour intimider les manifestants

En outre, de même que nos conducteurs ont le droit de refuser le travail s’ils considèrent qu’il est dangereux, – ils ont également le droit de refuser le transport dangereux de policiers vers les lieux de manifestations ainsi que celui de manifestants en état d’arrestation à l’extérieur de ces communautés - où habitent une grande partie de nos conducteurs.  Il s’agit d’une utilisation abusive du transport public. 

Nous respectons énormément nos camarades du syndicat américain des forces de l’ordre, mais nous ne servirons pas d’outil d’intimidation aux manifestants légitimes.  

 

La « Campagne Safe Service » (service sécuritaire) du SUT

Je veux que vous sachiez que vous n’êtes pas seuls. Nous avons lancé la « Campagne Safe Service » du SUT, exigeant des protections contre le coronavirus et le maintien de l’emploi pour nos membres.

Étant donné que ce virus ne respecte pas les frontières, nos membres locaux des États-Unis et du Canada ont été plus unis que jamais dans cet effort. Nous nous battons aussi coude à coude avec la Transport Workers Union (TWU) pour protéger nos membres et nos usagers.


Solidarité

Comme vous l’avez si souvent entendu, « nous sommes tous concernés. » Pour les membres de l’union, c’est une autre façon d’exprimer notre « solidarité ». La solidarité nous soutient quand les choses vont bien et quand elles vont mal, et c’est encore plus le cas maintenant.  

C’est en restant bien informés que nous allons nous en sortir. Prêtez donc attention aux communications de votre local ; inscrivez-vous au bulletin d’information gratuit du SUT, le Dispatch ; et consultez régulièrement notre site – atu.org.

 

Soyez prudents

La première vague de la grippe espagnole est arrivée en Amérique du Nord en mars 1918. L’été suivant, la maladie semblait avoir disparu, si bien que les gens ont arrêté de prendre des précautions. Mais une deuxième vague, plus virulente, est arrivée en force en septembre et jusqu’à novembre 1918, tuant plus de 700 000 américains et canadiens - y compris de nombreux membres du SUT.  

Nous espérons bien que ce virus ne se comportera pas comme la grippe espagnole. Mais le bon sens nous dicte la prudence. 

Ne relâchez donc pas votre vigilance. Veuillez observer toutes les précautions de sécurité sanitaire recommandées par les professionnels et nous en sortirons plus forts que jamais.