Media Center

Formation

Nous avons consacré beaucoup de temps et de ressources à la formation des agents locaux, et plus encore au cours des dernières années, depuis que nous possédons un centre de formation. Nous avons soumis quelques idées à nos dirigeants.


Former pour mieux négocier

Premièrement, nous ne devrions pas accepter à la légère les « règles de négociation ». Elles sont souvent conçues dans le but de neutraliser le syndicat. Il arrive parfois que des sections locales acceptent, par exemple, de ne pas parler à leurs propres membres durant les négociations. 

Pur suicide. 

Nous exhortons vos dirigeants à maintenir une communication ouverte avec les membres. Cela ne veut pas dire que chaque mot de la négociation doit être rendu public, mais les membres doivent connaître les enjeux et le ton de la négociation. Cette information devrait venir de votre président, non indépendamment des autres participants à la négociation.

Deuxièmement, nous ne pouvons renoncer à notre droit de nous adresser aux journalistes. Aucun contrat ne devrait être « négocié » dans la presse, mais lorsque nos préoccupations sont d’intérêt public, nous ne renoncerons pas à notre droit de parole – jamais.

Troisièmement, avec un mouvement syndical qui se rétrécit et les attaques constantes contre les syndicats, nous devons absolument, impérativement établir des relations avec nos usagers. Le transport en commun et notre syndicat sont sous attaque. Cela nous affecte tous, nous et nos usagers. Il n’y a jamais eu d’alliance plus naturelle que celle que nous avons avec nos usagers.


Faute professionnelle

C’est une faute professionnelle si nos sections locales ignorent leur pouvoir de former nos usagers. Pour chacun des membres actifs de votre ville, il y a cent usagers. Qu’attendez-vous ? Démarrez une organisation d’usagers ou connectez-vous à l’une d’entre elles s’il en existe ! 

Les préoccupations de nos membres sont fondamentalement les mêmes que celles de nos usagers. Mais nous laissons souvent les politiciens et les patrons retourner nos usagers contre nous. Cela devrait être un sujet de discussion dans chaque syndicat. Les sections locales des travailleurs du transport scolaire ont besoin de connaître et de travailler avec les parents, les transports en commun, les sections locales du transport adapté, en collaboration avec les usagers et les défenseurs des personnes à besoins spéciaux. Comme les budgets locaux et le budget fédéral coupent dans le transport en commun, nous avons besoin d’une voix plus forte. Cette offre n’attend que vous.


Forces anti-travailleurs

Les forces anti-travailleurs reviennent encore à la charge pour vous enlever votre droit d’avoir une voix forte au travail par le biais de votre syndicat. Soutenues par des milliardaires et dotées d’énormes budgets pour détruire les syndicats, elles obtiendront de la Cour Suprême des États-Unis qu’elle modifie les règles, permettant aux pique-assiettes de ne pas payer de cotisations syndicales. 

Et leurs homologues canadiens surveilleront ce qui se passe aux États-Unis alors qu’ils prévoient faire de même.

Le SUT a ouvert la voie en s’y préparant, mais considérez que le pouvoir du syndicat ne consiste pas seulement à structurer nos collègues, mais aussi à inclure les personnes avec lesquelles nous partageons un tiers de nos vies – nos passagers.

Toute section locale qui a besoin d’aide pour l’organisation des usagers est invitée à appeler mon bureau. Nous nous engageons pleinement dans cet effort. Dans le prochain numéro, nous rendrons hommage aux groupes d’usagers et aux sections locales avec lesquelles ils travaillent.