Media Center

Passion et maturité

Le président m’a appelé – mon président de section locale.

« Viendrez-vous à notre dîner du 100e anniversaire l’an prochain? »

« Bien sûr que j›y serai, Danny... »

Ensuite j’apprends qu’il me sera impossible de me désister – on m’a nommé « invité d’honneur ».

Ce n’est pas mon truc; le dîner, oui – mais je n’aime pas être « l’invité d’honneur », peu importe l’endroit.

Donc, j’y suis allé. Ce fut un immense plaisir de revoir 700 amis, frères et sœurs de la section locale 726 de Staten Island, avec qui j’ai travaillé côte à côte pendant plus de deux décennies.


Ma section locale était beaucoup plus rude que la vôtre

Ce fut une occasion de se remémorer l’importance d’un syndicat. Cette section locale a connu de nombreuses batailles internes, des rancunes, des bagarres et autres bouleversements. Donc, je peux affirmer à nos sections locales qui sont aux prises avec des conflits internes : ma section locale dans les années 1970 et 1980 était beaucoup plus rude que le vôtre ne l’est aujourd’hui – croyez-moi.

Mais la chose que j’ai apprise, et la leçon pour tous nos membres est la suivante : les gens qui sont les plus passionnés dans les combats internes du syndicat – oui, même ceux avec qui vous n’êtes pas d’accord – se soucient profondément, en général, du syndicat.

J’ai déjà écrit sur ce sujet, à propos de la querelle interne qui empêche les syndicats locaux de fonctionner. Nous avons parfois l’allure d’un débat présidentiel républicain!


Impossible de trouver de vieilles rancunes

Mais, revenons à la section locale 726. En regardant les invités dans la salle, je n’y voyais aucune trace des vieilles rancunes d’antan. Nous, en tant que génération de membres, avions mûri. Nous avions compris que ce qui nous séparait était beaucoup moins important que ce qui nous avait réunis. Après tout, nous sommes un syndicat.

Le syndicat, me disait un vieil ami, n’est rien d’autre qu’une idée. Ce n’est pas nos bâtiments ou nos bannières, nos contrats ou nos liens, ou même nos grèves. C’est l’idée que nous sommes plus puissants unis qu’isolés.

Cette puissance grandit lorsque vous la partagez. Dans vingt ans (vous, les jeunes, pouvez me croire), lorsque vous vous remémorerez votre vie dans le syndicat, vous verrez d’un œil différent ce crétin qui vous a couru après, ou le gars qui a fait une remarque grossière à votre sujet au cours d’une réunion syndicale. Vous ne vous souviendrez pas du gars qui a écrit sur vous dans la salle de repos.

Vous regarderez ce que vous avez réalisé ensemble, même lorsque vous vous entre-déchiriez avec des opinions différentes. Vous sourirez de voir à quel point vos amis ont vieilli et combien de cheveux ils ont perdus.

Vous vous direz soit : « Nous avons surmonté nos différences et fait du monde un endroit meilleur » ou « Je suis content d’être quitte avec ce gars-là! »


Pensez à la possibilité qui s’offre à vous

Donc, aujourd’hui, songez à l’occasion que vous avez entre les mains, tout simplement parce que vous avez un syndicat qui vous permet d’améliorer la vie de votre famille, de vos enfants et de votre communauté. Je sais qu’en se rappelant les dernières 30 années du premier siècle de la section locale 726 lors de notre célébration, nos membres savaient que nous avions accompli de grandes choses : nous avons construit une section locale solide, uniquement parce que nous avons trouvé le moyen, à travers un syndicat démocratique, d’être forts ensemble, dans la solidarité. Et la partie « invité d’honneur »? Ce fut un honneur de siéger parmi les dirigeants et les membres d’un syndicat local bien vivant, à l’aube de son deuxième siècle au service des travailleurs.

 

Sur la page couverture :
Jim Marsh, membre de la section locale 726. Après 30 ans de conduite d’autobus et d’implication dans son syndicat, vous pourriez croire que Jim a besoin d’aide. En fait, Jim et ses frères du 726 ont grandi ensemble, se sont aidés mutuellement et ont bâti une section locale encore plus forte.