Media Center

Les problèmes des agents de stations doivent être examinés au cours des audits de sécurité

Tout comme les conducteurs et le personnel d’entretien, les agents de stations ont des préoccupations de santé et de sécurité sur le lieu de travail où ils passent la plupart de leurs journées. Ces problèmes seront examinés alors que l’ATU entame la Phase II de son initiative associée au poste de travail dans le cadre des audits de sécurité des installations de l’ATU.

Chaque agence de transport a ses problèmes particuliers dans les stations, mais nous savons que certains d’entre eux sont plus répandus.


Qualité de l’air

Tout comme les conducteurs et les employés d’entretien, les agents de stations s’inquiètent des possibilités de cancer, d’asthme ou d’autres problèmes de respiration découlant d’une mauvaise qualité de l’air sur leur lieu de travail.

L’interaction avec le public expose les agents de stations à la maladie et les rend vulnérables à des attaques par des passagers en colère ou des resquilleurs.

La police est trop souvent lente à réagir aux urgences  dans les transports en commun – surtout dans le métro.

Les agents de stations sont obligés de rester debout ou assis pendant des heures. Des tapis antifatigue rembourrés et des chaises ergonomiques peuvent aider ces travailleurs à éviter les troubles musculo-squelettiques découlant du travail dans des conditions loin d’être idéales.


Infestation

De nombreuses stations sont infestées de cafards, souris et autres pestes qui souillent le lieu où travaillent ces agents. Personne ne devrait être forcé de rester assis ou debout pendant des heures dans des lieux de travail si malsains.

Tout comme les conducteurs, les agents de stations doivent supporter une mauvaise ventilation et l’absence de climatisation ou de chauffage sur leur lieu de travail.

Les agents doivent souvent travailler en présence de câbles électriques dangereux, de technologies et d’éclairages qui n’ont pas été modernisés depuis des décennies.


Suicides

Tout comme les conducteurs, les agents doivent parfois faire face à des suicides, ce qui présente un grand fardeau physique et psychologique pour tous les employés sur place au moment d’un tel incident.  Il serait vraiment utile aux employés de recevoir une formation leur permettant d’identifier et d’assister les personnes suicidaires et cela aiderait de nombreux employés à récupérer plus rapidement de ce genre d’expérience.  

Ces problèmes et d’autres qui sont uniques au personnel de stations seront examinés lors des audits de sécurité de l’ATU, qui débuteront en janvier.