Media Center

« Nous choisissons d’aller sur la lune »

Le 21 juillet 1969, le monde entier a regardé, retenu son souffle et a prié pour la sécurité de l’astronaute Neil Armstrong alors qu’il amorçait sa descente du module lunaire jusqu’à la surface de la lune.   C’était l’aboutissement d’une vision, d’un plan et d’un effort de collaboration en vue d’un objectif partagé par de nombreux Américains.

Cette vision a été formulée pour la première fois dans un discours prononcé par le président Kennedy, le 12 septembre 1962. En décrivant sa vision et son objectif, Kennedy a déclaré :

« Ses dangers sont hostiles à nous tous. Sa conquête mérite le meilleur de toute l’humanité, et l’occasion d’une coopération pacifique qu’elle représente pourrait ne jamais revenir. Certains diront : Mais pourquoi la lune? Pourquoi en faire notre objectif? Ils pourraient aussi se demander pourquoi nous avons choisi de gravir la plus haute montagne. Pourquoi? »

 

«... Pas parce qu’ils sont faciles

« Nous choisissons d’aller sur la lune durant cette décennie, ainsi que de réaliser d’autres objectifs, non pas parce que c’est facile, at-il dit, mais justement parce que c’est difficile, parce que cet objectif servira à organiser et à mesurer le meilleur de nos énergies et nos compétences, parce que ce défi est celui que nous sommes prêts à accepter, que nous ne sommes pas disposés à reporter et que nous avons l’intention de gagner. »

Bill Gates avait une vision lorsqu’il a fondé Microsoft. Il a vu une avenue pour exploiter la puissance des gros ordinateurs, qui occupaient une pièce entière, et l’intégrer dans des ordinateurs plus petits : les ordinateurs de bureau. Alors que plusieurs doutaient de la vision de Gates, son objectif s’est concrétisé.

Steve Jobs avait aussi une vision lorsqu’il a démarré Apple. Il croyait qu’il pourrait amener la réussite de Microsoft un peu plus loin.   Pourquoi être lié à un bureau pour obtenir de l’information?   Pourquoi être attaché à un mur pour faire un appel téléphonique?   Jobs a pris les ordinateurs de nos postes de travail et les a mis dans nos poches.

Ces innovateurs avaient une vision et comprenaient la valeur de l’établissement d’objectifs et de suivi. Leurs réalisations n’ont pas été faciles.   En fait, leurs visions se sont concrétisées, comme certains pourraient le dire, contre toute attente.

 

La vision du SUT

Lors de notre dernier congrès, les délégués de votre section locale et d’autres ont approuvé une vision et un plan pour faire avancer notre SUT. Le congrès est l’aboutissement des discussions et des interactions du président Hanley avec les agents locaux menant à une vision et à l’élaboration ultérieure d’un plan d’action permettant d’établir un objectif tangible.

Jusqu’à présent, nous avons atteint un certain succès, mais il reste beaucoup de chemin à parcourir et ne pouvons pas permettre de s’asseoir sur nos lauriers.

Nous choisissons de le faire, comme l’a dit le président Kennedy, “non pas parce que c’est facile”.   Non, nous le faisons parce que, peu importe à quel point les obstacles peuvent nous sembler insurmontables, nous devons le faire si nous voulons rester fidèles à nos valeurs et notre engagement à offrir un meilleur service pour nos passagers, une vie meilleure pour ceux que nous aimons et pour ceux qui nous succéderont.

Une vision, cependant, est seulement un rêve jusqu’à ce que les gens se réunissent pour en faire une réalité.   C’est là que vous intervenez. Nous avons besoin que vous vous joigniez à nous dans la grande œuvre que vous voyez décrite page après page dans ce magazine.

Personne ne peut nous arrêter si nous travaillons tous ensemble.

Veuillez visiter le www.atu.org pour de plus amples renseignements et les plus récentes nouvelles du SUT.