Media Center

Une grande réunion syndicale

En novembre 1979, j’assistais à ma première réunion syndicale du SUT. La pièce était remplie de fumée, de conducteurs d’autobus et de mécaniciens de la section locale 726 venus pour discuter fermement de leurs conditions de vie. C’était notre façon de le voir.

Nous travaillions tout le mois, payions nos cotisations et participions à des rencontres pour discuter de notre syndicat, de notre contrat, de notre employeur et de notre avenir. C’était une pièce remplie de personnages des costauds, des rigolos, un ou deux gars bizarres certains qui ne se préoccupaient que des heures supplémentaires, d’autres des congés.

Certains étaient pointilleux sur les procédures, d’autres étaient simplement là pour une bonne conversation entre collègues de travail. Personne ne se retenait. Ils exprimaient leur point de vue souvent, de façon moins que subtile. Certains dirigeants m’impressionnaient par leur préoccupation réelle pour les membres. Après tout, nous avions ce lien commun que l’on appelait simplement le « 726 ». Nous en étions fiers.


Vous dirigez votre section locale et l’International

Dans chacune de plus de 250 sections locales, nous tenons ces rencontres chaque mois, où les membres ont le droit et le pouvoir de décider des politiques qui façonnent les actions de chaque section locale.

À ces rencontres et à travers vos dirigeants, présidents, cadres supérieurs et conseils exécutifs, vous dirigez l’action de votre section locale. À travers les délégués que vous élisez et envoyez à la Convention, vous dirigez le syndicat International tout entier.


Tous les trois ans...

Tous les trois ans, nous organisons une Convention, cette fois à Toronto (Ontario), pour décider des politiques, de nos Lois et pour élire les dirigeants qui gèrent le SUT.

C’est une très longue rencontre syndicale d’une semaine. Il y a moins de fumée qu’à l’époque, mais une pièce remplie de travailleurs du transport en commun de tous les coins du Canada et des États-Unis partagent toujours avec nous leur sagesse, et souvent leur divertissement. Nous y amenons nos valeurs, nos préoccupations, nos espoirs, nos craintes et nos personnalités variées.

Donc, au début d’octobre, nous nous réunirons au Canada et établirons les plans pour le SUT des trois prochaines années. Ce sera la continuation de notre héritage.

Environ 700 délégués se rencontreront, tous élus démocratiquement par leurs membres pour s’exprimer sur l’avenir de notre mouvement syndical. À travers le travail en comité et sur le parquet de la Convention, ils rédigeront le script de l’avenir du Syndicat uni du transport.


Le travail du Syndicat est le travail de ses membres

Quel grand honneur pour moi de présider cette longue rencontre d’une semaine! À chaque coup de maillet, je me souviendrai d’une salle de rencontre syndicale à Staten Island, où tout a commencé pour moi, et me rappelant que le travail de ce Syndicat est d’abord le travail des mécaniciens d’autobus, des conducteurs, des opérateurs de train, des agents de stations, des employés de bureau, et de tous les hommes et toutes les femmes qui forment le SUT.

Nous savons que nous devons travailler fort pour vous, et nous continuerons de vous rendre fiers de votre grande famille qu’est le SUT.